Zones & Espaces d’évolution

photo-zone-et-espace-devolutionZones et Espaces d’évolution

S’il existe des domaines dans lesquels l’expertise d’une situation conduit à une conclusion formelle, dans les analyses comportementales d’animaux terrestres ou marins, aucune règle infaillible ne peut être définie. Issues d’observations empiriques, sont néanmoins nées des pratiques habituelles dépendantes des situations, qui s’avèrent toujours différentes. En effet il n’est pas possible aujourd’hui de classer les faits et gestes des animaux avec une certitude absolue. Nous pouvons cependant observer des règles comportementales valables dans bien des régions du monde, qu’il restera à adapter continuellement en fonction des situations.

Certains codes d’interaction pourront aider tout plongeur à décrypter l’attitude des requins selon les circonstances : à apprendre à comprendre leur langage corporel dans une situation spatiale donnée.

Trois zones d’évolution

Nous appellerons limite spatiale du requin tout l’environnement qui englobera l’animal lors de ses phases d’approche. Par exemple, dans le bleu, le requin n’a pas de limite spatiale. Il peut partir à tout moment sans être gêné par quoi que ce soit. Sur un plateau corallien, la limite spatiale du requin sera le substrat du récif, qui ne lui permet pas de fuir à sa guise. Proche de la surface, la limite spatiale du requin sera le « plafond » créé par la surface elle-même.

Dans le règne animal sous-marin, il existe des codes d’évolution entre prédateurs et proies selon leurs zones d’évolution.

AU-DESSOUS : OBSERVATION

zone-evolution_schemaLorsqu’un prédateur supérieur se trouve au-dessous de sa proie, il est en situation d’observation. Il tourne au-dessous de la zone d’évolution de sa proie ou d’un animal/objet inconnu afin de prendre connaissance de ce qui a suscité son intérêt. Il ne se rapproche pas mais recueille toutes les informations qui lui sont nécessaires pour comprendre les intentions du protagoniste. Dans ces phases d’approche, le requin n’a pas de limite spatiale, il peut disparaître à tout moment, quand il le souhaite.

AU MÊME NIVEAU : OBSERVATION PLUS FINE

Lorsqu’un requin évolue au même niveau qu’un plongeur, il cherche à affiner ses informations sur ce qui a éveillé sa curiosité. Il peut alors adopter plusieurs phases d’approches. Principalement basé sur de la curiosité, l’animal tournera sur une zone plus ou moins large autour du plongeur. Les causes de ces approches sont le plus généralement de la territorialité « passive », une stimulation alimentaire ou autre. Lorsqu’un animal est stressé ou mal à l’aise, il peut procéder à un « passage en force » sur la même zone d’évolution que le plongeur ce qui peut être parfois pris pour de l’agressivité. Les approches de ce type ont principalement lieu dans des phases où l’animal de caractère survole une limite spatiale, telle que  récif ou  fond marin. Cela peut aussi se produire dans le bleu avec des espèces plus craintives.zone_devo

AU-DESSUS : PRISE DE CONTRÔLE TERRITORIAL

Les situations dans lesquelles un requin nage au-dessus d’un plongeur sont plus rares. Il faut d’abord que l’animal passe par les deux premières phases d’approche et que le plongeur reste longtemps sous l’eau avec le même spécimen. Cela peut aussi indiquer que nous sommes en présence d’un requin qui n’a pas peur de l’inconnu par nature et qu’il est donc puissant dans son biotope. Le survol d’un requin au-dessus de nos têtes se traduit par une prise de contrôle du territoire. Le prédateur devient dominant sur la zone par sa « suprématie» et son caractère. Il décidera ensuite des approches à venir : inquisitrices, passives ou craintives.

 sphere-plongeurEspaces d’évolution

L’Homme ressent la distance de la même manière que les autres animaux. Sa perception de l’espace est dynamique parce qu’elle est liée à l’action, à ce qui peut être accompli dans un espace donné. La frontière physique de notre corps, la peau, n’est pas notre limite par rapport au monde environnant : nous nous déplaçons avec une partie de l’espace accroché à nous, sorte de bulle invisible, qui règle nos contacts avec autrui sans que nous en ayons conscience.

Sphères d‘approche

La zone intime : Entre 15 cm et 50 cm. Parmi toutes les zones, il s’agit de la plus importante car c’est une zone que l’on considère comme notre propriété.

La zone personnelle : Entre 50 cm et 1,2 mètre. Elle désigne la distance minimum acceptable par chaque individu. On peut l’imaginer comme une petite sphère protectrice ou bulle qu’un organisme créerait autour de lui pour s’isoler des autres.sphere-requin_0

La zone sociale : Entre 1,2 mètre et 3,5 mètre. On se tient à cette distance lorsque l’on rencontre un étranger ou des personnes que l’on ne connait pas bien.

La zone publique : Elle dépasse les 3m50. C’est la distance située hors du cercle où l’individu est directement concerné.

Nous retrouvons sensiblement les mêmes sphères d’approche chez les requins, avec des distances de zone différentes en fonction des espèces. La moindre approche active de la part d’un plongeur peut directement faire fuir un requin par exemple, si le plongeur est entré dans la zone sociale du requin sans y avoir été « invité ».

<< ÉTUDE DU COMPORTEMENT     /     ÉTUDE DE SCÈNES >>

 

Les commentaires sont fermés